Quel régal mène l’enquête : la grenade

Comme vous devez le savoir, janvier est la période des bonnes résolutions. Si d’aventure dans votre liste vous avez sélectionné « manger plus de fruits et de légumes », « faire attention à ma ligne » ou « oser découvrir de nouveaux goûts », cette chronique pourrait vous stimuler et vous aider. Et si vous n’avez aucun objectif en ce domaine, il n’est pas interdit, pour ceux qui ne le connaissent pas encore, de partir à la découverte de ce fruit, l’un des premier cultivé par l’homme il y a plus de 3000 ans.

Le grenadier et la grenade

Originaire des vastes régions qui s’étendent de l’Iran à l’Himalaya et au nord de l’Inde, le grenadier est un arbre buissonant, de la famille des Punicaceae, qui peut vivre pendant deux cent ans.

Il fleurit à partir de la mi-mai et seules 5% de ses fleurs donneront des fruits qui seront récoltés à partir du mois d’octobre, lorsque de jaune orangé, ils vireront à la couleur rouge.

Ce fruit, qui du point de vue de la botanique est une baie, contient plusieurs centaines de graines roses à rouge vif, les arilles, qui ressemblent à des pierres précieuses. La pierre fine utilisée en joaillerie, le grenat, tire d’ailleurs son nom de ce fruit !

Grenadier_(Turpin)

Ces graines sont très juteuses, à la fois sucrées et légèrement acidulées et éclatent en bouche lorsqu’on les croque. La peau de la grenade est fort épaisse et protège le fruit qui peut se conserver pendant plusieurs mois après la cueillette au frais.

La grenade se classe parmi les fruits bien pourvus en vitamine B6 et est relativement riche en minéraux et en vitamine C. Elle est aussi très riche en antioxydants.

Comment « dégoupiller » une grenade :

Lorsque l’on découvre ce fruit pour la première fois, on peut être déconcerté par cette « coque » que l’on doit découper avec un couteau bien affûté. Sachez qu’il faut un peu de patience pour déguster une grenade ainsi que quelques précautions car le jus tâche. Evitez la chemise blanche ou la robe qui se lave à sec et rappelez vous que le meilleur ami du cuisinier est le tablier !

Si vous êtes patient, coupez le fruit en quatre et détachez les arilles en mettant soigneusement de coté les petites peaux blanches qui divisent le fruit et qui ont un gout très acide. Pour faire ce tri, vous pouvez utiliser une deuxième technique, que je qualifie d’aquatique, qui consiste à faire ce travail dans un saladier plein d’eau. Les peaux blanches flottent alors que les grains tombent au fond.

grenade

Mes recherches sur internet m’ont permis de dénicher des videos expliquant que l’on peut couper le fruit en deux dans le sens de la largeur (comme un pamplemousse) et taper dessus avec une cuillère en bois : les graines devraient tomber toutes seules…mais avant de tenter l’aventure, prenez garde aux projections !

Si toutes ces manipulations vous rebutent, pour gouter ce fruit vous pouvez tout simplement le presser : vous receullerez un jus sucré et délicatement acidulé, à boire nature ou pour parfumer vos desserts.

Comment cuisiner la grenade :

Elle peut s’ajouter crue à de nombreuses préparations sucrées ou salées. Sa couleur et son éclat en font un élément de choix pour réaliser de belles décorations sur vos gâteaux comme ici ou bien , dans cette recette publiée très récemment sur le superbe blog common cook.

La cuisson n’est pas vraiment adaptée à ce fruit car sous l’effet de la chaleur, les grains éclatent et libèrent leur jus qui perd vite son parfum.

Le jus de grenade était autrefois la base du sirop de grenadine ; de nos jours, même s’il porte toujours le même nom, il ne s’agit plus que d’un assemblage de jus de fruits rouges et de citron !

J’ai découvert qu’il existe un produit dérivé de la grenade, la mélasse de grenade, fort utilisé dans la cuisine orientale, qui permet de donner une touche d’acidité aux préparations. Il s’agit d’un jus épais et concentré, sans sucre ajouté, qui peut s’utiliser comme du vinaigre balsamique. Mais laissez moi le temps de le découvrir et de l’apprivoiser et je vous en reparlerai certainement dans l’avenir.

Et pour conclure :

Si ce n’est déjà fait, laissez vous tenter par la découverte de ce fruit. A déguster nature ou tout aussi simplement dans une salade de fruit, toujours bienvenue entre bûche et galette. La grenade s’accorde bien avec tous les fruits d’hiver ; aujourd’hui je l’ai mélangée avec des pommes et des poires. Vous obtenez alors une salade de fruit avec trois textures différentes : moelleuse pour la poire, croquante pour la pomme et crissante pour la grenade.

salade de fruit

Publicités